L’arrêté donnant droit au pharmacien de vendre des autotests est paru au Journal officiel le 11 avril 2021. Comme attendu et conforme à la loi il ne sera disponible qu’en officine. Le monopole est donc respecté. On peut s’interroger sur les avantages pour les patients d’avoir accès à des autotests alors qu’ils peuvent gratuitement et facilement accéder aux tests antigéniques. Cet article va essayer de répondre à cette question.

Depuis le mois d’octobre, les pharmaciens ont pratiqué un nombre très important de prélèvements naso-pharyngés et de tests antigéniques. De nombreuse tente ou barnum ont surgi sur les trottoirs de nos villes. Est-ce qu’il faudra les démonter faute de demande. Rien n’est moins sûr.

L’Europe des tests

Depuis un peu moins de six mois, la France a choisi de rendre gratuit les tests antigéniques par prélèvement naso-pharyngé et d’ouvrir leur pratique aux médecins et pharmaciens de ville. Cette politique de testing accessible facilement est plus ou moins une spécificité de notre pays. D’autres ont privilégié avant nous les autotests comme l’Autriche par exemple. Dans ce pays chaque personne peut récupérer en pharmacie 5 autotests gratuits par mois. L’Allemagne a récemment (6 mars) permis aux pharmaciens et aux médecins de pratiquer les « tests antigéniques » et de rendre les autotests largement disponibles dans les pharmacies et dans les supermarchés. En Belgique comme au Portugal les autotests ne sont vendus qu’en pharmacie.  La gratuité des « tests  antigéniques » dans tous les lieux est une particularité française et allemande. Dans la majorité des pays les tests ne sont gratuits que dans les hôpitaux voire dans certains centres, mais payant en clinique par exemple. L’assuré social français est donc particulièrement bien pris en charge lorsqu’il souhaite se faire tester. Alors, pourquoi vouloir lui proposer d’avoir accès aussi aux autotests ?

Une nouvelle corde à notre arc

En choisissant de donner aux pharmaciens le droit de vendre des autotests, le gouvernement souhaite inciter les personnes asymptomatiques à se tester elles-mêmes régulièrement. En revanche, le choix de la gratuité n’a pas été retenu sauf pour les personnes travaillant pour des personnes âgées. Cette décision apparaît censée lorsque l’ensemble de la population peut bénéficier d’un « test antigénique » ou RT PCR gratuit.

Il est évident que la politique du gouvernement est de faciliter la recherche des cas positifs et d’amener à ce qu’ils se confinent selon la stratégie : « tester, tracer, isoler » en attendant de pourvoir vacciner le plus grand nombre de personnes avant l’été.

Le risque de la confusion

Ce que l’on trouve dans la boîte d’un autotest n’est pas très différent de ce que vous avez dans celle que vous utilisez pour pratiquer vos TROD antigénique ; si ce n’est le nombre de tests et la nature de l’écouvillon. Celui de l’autotest est plus épais et plus court.

Le test lui-même n’a rien de particulier. La différence majeure est donc la qualité du prélèvement.

Vous pratiquez un prélèvement naso-pharyngé qui nécessite une technique et un opérateur, alors que la personne peut effectuer par elle-même un prélèvement nasal. Ce dernier même s’il est de moins bonne qualité permet de récupérer suffisamment de virus dans l’échantillon pour rendre positif un test antigénique.

En autorisant la pratique de l’autotest, la HAS a simplement conclu que le prélèvement nasal suffisait à un dépistage potentiel des cas positifs.

Il est dès lors essentiel d’informer les personnes qui achètent des autotests que ces derniers n’affirment en aucun cas une absence de contamination. Ils ont par contre l’immense avantage de détecter une personne potentiellement porteuse du virus alors qu’elle est asymptomatique.

Si la pratique de l’autotest et de l’autoconfinement devenait massive, cela diminuerait au moins en partie le risque le plus souvent insoupçonnable de transmission.

Ce qu’il faut retenir 

  • Le prélèvement nasal est moins profond que le naso-pharyngé.
  • Le prix maximum d’un autotest ne peut dépasser 6 euros TTC jusqu’au 15 mai puis 5,20 euros TTC.
  • Un autotest est un test de dépistage.
  • Il ne peut être délivré qu’à des personnes asymptomatiques de plus de 15 ans.
  • S’il est positif, il est absolument nécessaire de le confirmer par un test RT PCR.
  • Dans l’attente des résultats du laboratoire, la personne testée positive doit s’isoler et avertir ses proches et contacts récents.
WKT PHARMA

GRATUIT
VOIR